Psychothérapie pour adultes : ma démarche

 

Ma démarche

Le premier entretien permet de faire connaissance et d’expliquer les raisons qui vous ont poussé à venir consulter. A partir de là va pouvoir se construire une relation de confiance mutuelle. En fonction de la demande, je propose le type de thérapie qui me semble le plus adapté pour vous venir en aide. Ensuite nous convenons ensemble du rythme des séances. Parfois il suffit de peu de choses pour débloquer une situation, et parfois il est nécessaire de faire un travail plus approfondi. Cela dépend de chacun.

psychologue defrance

psychologue lattes

Je pratique des thérapies de soutien en cas de situations difficiles, ainsi que des psychothérapies d’orientation analytique. Ces dernières privilégient le dispositif de la parole, qui permet de verbaliser les affects douloureux, les angoisses, les conflits ou les fantasmes. La mise en mots de tous ces éléments dans la psychothérapie analytique permet ainsi de travailler sur son mal-être mais aussi sur son histoire de vie, de leur donner du sens en faisant des liens entre son passé et la situation présente. Ce travail amène à une prise de conscience de ce qui a pu déclencher les symptômes, de la façon dont ces symptômes se sont construits et de ce dont ils viennent témoigner, menant à une meilleure compréhension de soi et à un mieux-être.

Au-delà de ces thérapies que je pratique, je peux aussi proposer une psychanalyse si la personne en ressent l’envie. Cela permet de faire un travail où il s’agit d’être à l’écoute de son inconscient. Je peux aussi proposer une cure analytique si au cours d’une thérapie classique nous jugeons tous les deux que cela permettrait d’aller plus loin et de traiter des points de résistance qui continuent à poser problème en dépit du fait qu’ils aient été abordés.

A noter

Quel que soit le type de suivi envisagé, entreprendre une psychothérapie représente un engagement, aussi bien de la part du thérapeute que de celle du patient. Ce n’est pas toujours facile de faire un travail sur soi. Quelquefois lorsque l’on commence à s’approcher des zones de fragilité et de souffrance, l’envie de tout arrêter nous prend, alors que c’est le signe qu’au contraire il faut persévérer parce que l’on touche du doigt quelque chose d’essentiel. C’est pourquoi si vous ressentez des difficultés dans la thérapie ou le désir d’arrêter, il est important que nous puissions en discuter ensemble afin d’analyser ce qui se passe avant de mettre un terme à celle-ci. Il est en effet souvent dommageable de mettre fin brusquement au suivi.